CEEAC: Les Etats font confiance à la BDEAC pour le financement de la lutte contre le changement climatique

Au terme d'une réunion extraordinaire des ministres de la CEEAC, le 07 septembre 2019 à Brazzaville, les participants ont tous reconnu la Banque comme le partenaire idéal pour le financement de la lutte contre le réchauffement climatique, dans la sous-région.

CEEAC: Les Etats font confiance à la BDEAC pour le financement de la lutte contre le changement climatique
Le Premier Ministre de la République du Congo, les Ministres de la CEEAC, les Chefs de mission Diplomatique, le Président de la BDEAC et la Secrétaire Générale Adjointe de la CEEAC à Brazzaville le 07 septembre 2019 | Crédit: AW Today

Prenant la parole au terme de la réunion, le ministre gabonais des Forêts, de la Mer et de l’Environnement, Lee White, a affirmé que « tout le monde avait été d’accord qu’il faut que la BDEAC gère les fonds communautaires dans les programmes contre les changements climatiques », a-t-il déclaré. Après avoir soutenu la tenue de la rencontre – qui visait à définir une position commune des Etats de la CEEAC en prélude au sommet sur le climat le 23 septembre 2019 à New-York – le président de la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale(BDEAC) Fortunato-Ofa Mbo Nchama  a ajouté que les « autorités de l’Afrique centrale ont été sensibles à la demande de la Banque »  et qu’il avait « bon espoir qu’ils donneront bientôt une suite favorable », précisait-il. Interpellées, les différentes délégations présentes se sont dites très favorables à ce que la BDEAC gère les fonds dédiés à la lutte contre les changements climatiques dans la sous-région.

Une vue de l’estrade lors de la cérémonie d’ouverture du Conseil des ministres de la CEEAC le 07 septembre 2019 à Brazzaville.

Lors de la cérémonie d’ouverture, alors qu’il demandait que les Etats reconnaissent la Banque comme partenaire financier exclusif dans la protection du climat, le président de la BDEAC a conquis l’audience, à travers une démonstration pertinente du rôle que peut jouer la BDEAC  dans la mobilisation et la gestion des ressources mondiales ; dédiées à la protection de l’environnement, pour l’Afrique centrale. Fortunato-Ofa Mbo Nchama a soutenu « qu’en sa qualité d’instrument financier de l’Afrique centrale, concernée directement par les questions de développement durable, la BDEAC s’emploie aux côtés des Etats à l’identification, la mobilisation et l’affectation des ressources appropriées pour la promotion et la diversification des économies », martèle le président de la BDEAC. Il ajoutera par la suite que « l’Afrique centrale dispose des atouts naturels qui conjugués avec la prise de conscience mondiale sur la gravité des changements climatiques et de la nécessité urgente des mesures collectives constituent une opportunité pour nos pays respectifs », précise le président de la BDEAC.

Une expérience prouvée dans la gestion des fonds dédiés 

Conformément à ses missions statutaires et aux orientations de son Plan Stratégique 2017-2022, la BDEAC s’est engagée à apporter un appui aux pays de l’Afrique centrale afin de les aider à tirer profit de la finance climatique et de leurs assurer un développement sans carbone et résilient aux changements climatiques. La BDEAC dispose d’une très grande expérience dans la gestion des fonds dédiés et une parfaite connaissance du terrain. Son potentiel est également prouvé par son rôle actuel de maître d’ouvrage du Projet de financement des forêts tropicales avec le Fonds français pour l’environnement mondial(FFEM). 

Depuis janvier 2018, la BDEAC est partenaire du Fonds Vert pour le Climat(FVC), un mécanisme financier de l’Organisation des Nations Unies, rattaché à la Convention-cadre de l’ONU sur les changements climatiques (CCNUCC). En sa qualité de “Deliver Partner“, la Banque porte déjà les projets environnementaux du Cameroun et du Congo, depuis 2018. Le Tchad vient aussi de lui présenter un dossier pour l’associer au financement de projets durables à travers le FVC.

La BDEAC a adopté un cadre réglementaire de sauvegarde environnementale et sociale, qui lui permet de mener à bien la gestion des projets et programmes soumis à son financement.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.